Un meilleur résultat en carrière et des regrets pour Saintéloc Racing

Un meilleur résultat en carrière et des regrets pour Saintéloc Racing

Sentiments partagés pour l’équipe stéphanoise à l’issue de cette première manche du Championnat du Monde des Rallyes 2022. Si Sean Johnston et Alex Kihurani ont rallié l’arrivée en 4e position de la catégorie WRC2, leur meilleur résultat en carrière dans la classe, Eric Camilli et Yannick Roche n’ont pas vu leur magnifique début de course récompensé, après une touchette éliminatoire vendredi matin.

Le tandem américain, qui entamait sa quatrième année de collaboration avec les troupes de Vincent Ducher, s’est joué des pièges tendus par les routes de l’arrière-pays, emmenant leur C3 Rally2 flanquée du n°26 au 4e rang en WRC2, leur meilleur résultat en carrière dans la catégorie. Régulièrement classés dans le top 7 dans chaque spéciale, les vainqueurs en R2 en 2020 ont affiché une vraie régularité, sans partir à la faute, mésaventure survenue à bon nombre de concurrents. Auteur d’un cinquième chrono dans l’ES13 samedi, Sean confessait avoir atteint l’un de ses meilleurs tempos en spéciale.

« Je suis très satisfait du déroulé de cette troisième journée, commentait alors Sean. Nous avons su traverser un départ un peu compliqué dans la neuvième spéciale, avec les pneus les plus durs sur une surface encore froide et humide, rendant l’engagement délicat. Dans l’ES10, j’ai pu attaquer et j’ai vraiment profité, en étant satisfait de mon pilotage. »

Dans la dernière étape dimanche, Sean et Alex en profitaient pour hausser le rythme et, avec les déboires de la concurrence, remontaient au quatrième rang final, aux portes du Top 10 au général.

« Je suis plus que ravi d’être à l’arrivée du Rallye Monte-Carlo avec ce meilleur classement en carrière en WRC2, mais aussi avec la 11 e place au général, soulignait Sean. C’est un résultat majeur pour nous. Nous avons largement progressé durant le week-end sur le plan de l’engagement, et cela vient confirmer nos essais, où nous avions essayé les nouvelles pièces développées par Citroën. La voiture a franchi un pas, nous aussi. C’est un ensemble de choses qui se sont mises bout à bout, avec le soutien de Saintéloc Racing, toujours aussi incroyable. Ils continuent à me faire progresser. »

De son côté, Eric Camilli s’est illustré d’entrée de jeu, en prenant un départ idéal en catégorie WRC2, laissant augurer d’une course sous les meilleurs auspices. Auteur des deux scratchs dans Lucéram et dans le Turini, le Niçois concluait la première étape avec neuf secondes d’avance sur la concurrence.

« C’est une très bonne première journée sur ce Rallye Monte-Carlo, analysait Eric. La bagarre est lancée et il va falloir être solide. Nous avons pris du plaisir et la voiture marche vraiment bien. »

Parti prudemment dans l’ES3 vendredi, le pilote de la Citroën C3 Rally2 retrouvait son tempo dans l’ES4, mais une zone glacée avant un freinage allait piéger le duo Eric Camilli – Yannick Roche, contraint à l’abandon au sortir de la cinquième spéciale.

« Nous étions sur un rythme entre gestion et attaque. Dans la descente, c’était verglacé et sur un freinage caché sur une épingle gauche, j’ai vu la glace, j’ai freiné, mais c’était trop tard. Nous avons tiré droit et nous avons tapé la roche au mauvais endroit. Nous avons pu
finir la spéciale, mais nous n’avions pas ce qu’il fallait pour réparer. Je suis très abattu. Cette après-midi plus clémente nous aurait permis d’attaquer davantage avec cette fabuleuse auto. C’est dur de passer de la tête du WRC2 à « je rentre à la maison ». C’était
mathématiquement impossible que je reprenne plus de 3 minutes par spéciale pour espérer être dans les 50 concurrents qui auront le droit de faire l’étape du dimanche. Nous ne pourrons donc pas tenter de marquer des points dans la Power Stage. Le Monte-Carlo est impitoyable. Nous sommes très déçus mais c’est le jeu … Nous reviendrons plus forts en Croatie. »

« La quatrième place de Sean Johnston est un superbe résultat, commente de son côté Vincent Ducher, Team Manager Rallye de Saintéloc Racing. Il n’a pas commis d’erreur. C’est un peu dommage pour Eric qui dominait le WRC2. Il a fait une petite erreur, piégé par une plaque de glace. Je suis certain qu’il aura l’occasion de se rattraper sur les prochains rallyes, et de confirmer sa vélocité et les performances de la C3 Rally2. Nous n’avons aucun problème sur nos deux voitures, qui ont été d’une fiabilité remarquable. Cela confirme que la C3 Rally2 est l’une des meilleures autos de la catégorie. »

Saintéloc Racing retrouvera le Championnat du Monde des Rallyes et la catégorie WRC2 à l’occasion du Rallye de Croatie, du 21 au 24 avril, disputé sur asphalte.

Résultats Rallye Monte-Carlo du 20 au 23 janvier

Eric Camilli – Yannick Roche

Citroën C3 Rally2 n°24
Abandon (touchette ES5)

Sean Johnston – Alexander Kihurani

Citroën C3 Rally2 n°26
P4 WRC2 – P11 au général

Partagez cet article sur vos réseaux !